Flash ciné : Nicky Larson et le Parfum de Cupidon

Flash ciné : Nicky Larson et le Parfum de Cupidon

20 février 2019 1 Par Dark Sal0cin

Nicky Larson et le parfum de Cupidon, le nouveau film de Philippe LACHEAU et sa bande. Adaptation de l’animé du même nom, lui-même inspiré du manga de Tsukasa Hojo, City Hunter. 

Pour commencer.

Un long-métrage dont l’annonce et la bande annonce m’ont fait littéralement bondir de ma chaise (et dans le mauvais sens), mais qui au final dépasse toutes mes espérances ! Comme je le disais,  je partais (comme beaucoup) très sceptique, voire même avec une grosse appréhension, pour Nicky Larson et le parfum de Cupidon. Il faut avouer que les adaptations d’animés/mangas ont la réputation d’être de gros navet…

Et du coup mon ressenti après avoir vu le film ? 

Je peux vous dire après ce visionnage que Philippe Lacheau est un vrai fan de cet animé et de cette époque (bénie ?) de la génération Club Dorothée. Toutes les gimmicks les plus connues du dessin animé sont présentes ainsi que les clins d’œil au manga City Hunter. 

Les scènes d’action sont comiques et bien chorégraphiées.  Ma préférée reste celle de la scène de combat à la première personne que je vous laisse découvrir. Il faut relever également l’hommage sur la première scène d’action du film (dans l’hôpital) qui rappelle beaucoup les scènes à la Jackie Chan (qui a joué aussi dans une adaptation de City Hunter en 1993) !

Une direction artistique superbe et fidèle ! 

On retrouve une reproduction très fidèle du bâtiment et de l’appartement du héros de l’animé/manga mais également les costumes, la mini, les musiques originales, bref, vous l’aurez compris, tout y est !

Nicky Larson joue sur la nostalgie !

Vous l’aurez compris, ce film est non seulement un hommage à l’œuvre de Tsukasa Hojo mais également un hommage aux dessins animés des années 90 et la fabuleuse, magnifique merveilleuse (choisissez l’adjectif que vous souhaitez) génération Club Dorothée. Les références sont parfois subtiles et se fondent dans le décor.

D’ailleurs, mention spéciale pour les caméos de Dorothée et Jean Paul CESARI (interprètes du générique vf du dessin animé).

Un humour qui ne craint personne !

Le gros point fort de ce film est qu’il reste une comédie française qui se regarde très bien pour un non-fan de City Hunter en VO ou de Nicky Larson en VF. Les fans verront tout de suite les clins d’œil tandis qu’un spectateur lambda verra tout simplement une nouvelle comédie de la bande à Fifi.

Du moins bon tout de même.

Et oui malgré que le film soit pour moi une belle réussite il n’est pas parfait. L’intrigue, même si celle-ci est bien ficelée, n’en reste pas moins très légère et sans réelle surprise. Disons que celle-ci sert surtout à amener les personnages, l’univers de l’œuvre et toutes ses références remplies de nostalgie. Pareil pour les scènes des personnages secondaires qui sont parfois de trop et sortent un peu trop du sujet principal (Nicky Larson !). Et il faut noter également un manque de décors urbain nocturnes propre à l’univers de City Hunter.

Conclusion.

Malgré ces légers bémols de ma part j’ai passé un excellent moment devant ce film. Phillipe Lacheau nous livre une belle adaptation remplie de nostalgie. Si vous avez grandi dans cette génération Club Dorothée ce film est fait pour vous !

Dark Sal0cin