Test : Concrete Genie (PS4)

Test : Concrete Genie (PS4)

13 octobre 2019 2 Par Harley_JB2

Ce test a été rédigé sur une version offerte par Playstation France et sur Playstation 4 slim. Nous remercions Julien Bourey pour sa confiance.

Bienvenue à Denska ! Horrible ville portuaire polluée et abandonnée par les habitants. Quartier général d’une bande de petits délinquants et refuge d’Ash, le barbouilleur.

 

 

Denska était jadis une ville de pécheurs , malheureusement elle fut désertée suite à un accident de bateaux. Le jeune Ash passe son temps la-bas à dessiner et à se créer un monde afin de fuir le harcèlement constant qu’une bande de jeunes lui fait subir. Un jour il rencontre Luna, un génie qu’il a créé sur ses croquis. Celle-ci lui offre un pinceau magique qui va lui permettre de redonner de la couleur à Denska et la rendre moins maussade.

 

Un message fort et poignant.

PixelOpus a voulu, à travers Concrete Genie, aborder un sujet assez compliqué.

Le harcèlement est un sujet récurrent dans notre actualité et ce que vit Ash n’est pas différent de ce que certains vivent dans la vie. Beaucoup d’enfants harcelés se créent un monde afin d’échapper à ce genre de situation, en jouant Ash vous allez vous aussi vous évader à travers des murs remplis de couleurs et de scènes toutes plus mignonnes les unes que les autres, qui s’animeront à chacun de vos passages.

Infiltrations, recherche et inspiration.

Concrete Genie vous offre plusieurs styles de jeu. Si la plupart du temps vous allez devoir dessiner sur les murs, vous allez aussi devoir éviter vos harceleurs (je vous rassure ils sont pas malins, l’infiltration n’est pas très compliquée dans ce jeu). Vous allez aussi devoir allumer toutes les lampes de Denska pour avancer dans l’histoire principale, mais aussi récolter toutes les pages de votre carnet que vous avez perdu (les pages Motifs, les pages Genie, les pages attributs) et vous allez devoir trouver des petits dessins blanc (appelé Moment de génie) et réussir à l’illustrer avec l’aide de vos génie.

 

Bref vous l’aurez compris, il y a pas mal de petites choses à faire et heureusement car l’histoire est assez courte, comptez quatre heures pour la trame principale et si vous désirez faire le cent pour cent, vous pouvez compter une à deux heures de plus.

Une grande ville très directive.

L’aventure est assez linéaire car même si vous pouvez dessiner sur tous les murs, vous vous devez tout de même de respecter un chemin qui vous est imposé car pour avancer dans l’histoire vous allez devoir vous faire aider de vos génies pour débloquer des passages et résoudre certaines énigmes.

Bien entendu pour qu’ils vous aide, il va falloir accepter de dessiner pour eux. A vous donc de les écouter pour créer ce qu’ils désirent et sachez que plus ils seront heureux, plus ils seront généreux avec votre super pouvoir.

La superpeinture pour nettoyer les ténèbres. 

Denska est polluée par des tâches de moisissure qui proviennent des ténèbres. Pour les nettoyer, il faut avoir votre superpeinture à fond et pour ça… Il va falloir rendre vos génie heureux en dessinant ce qu’il vous demandent. Un soleil par ci, de la pluie et des tulipes par là, pouff votre jauge va se remplir une fois les petits cœurs apparus.

 

 

Un gameplay original.

Concrete Genie se joue à la manette, vous contrôlez Ash avec vos joysticks mais une fois en mode peinture, il vous faudra bouger la manette de haut en bas et de gauche à droite pour diriger le pinceau. Je regrette l’absence des joysticks dans ce mode même si bouger la manette donne un coté plus immersif, il n’en reste pas moins que le confort laisse à désirer.

Je n’ai malheureusement pas pu tester cette version, mais vous pouvez aussi jouer avec votre Casque VR. Il vous suffira de manipuler le pinceau avec vos manettes VR et de profiter du jeu avec votre casque.

 

 

Les points forts :

  • Une ambiance magique riche en couleurs et en animations
  • Des scènes cinématiques poignantes
  • Une morale prenante et des personnages attachants
  • Un mode « peinture libre » pour laisser libre cours à notre imagination
  • Un après jeu sympathique
  • Une direction artistique agréable
  • Une VF soignée
  • Les attributs de vos génies affecte leur caractère

Les points faibles :

  • Une aventures courte (quatre heures de jeu)
  • Une OST pas assez marquante
  • Pas de niveau de difficulté (Infiltration simple et aucun challenge niveau plate-forme)
  • Les coupures de journaux non traduites (sauf le titre)

Conclusion

Concrete Genie a été un vrai coup de cœur visuel pour moi. Ash est hyper attachant et l’univers devient de plus en plus beau au fur et à mesure de votre avancement dans le jeu. Je reste tout de même sur ma fin car une fois l’histoire terminée, il m’aura fallu une heure à peine pour faire les collectibles. Ça aurait été agréable de pouvoir jouer encore un peu avec des quêtes de fin de jeu et pourquoi pas croiser les délinquants en ville et leur faire des dessins. Néanmoins, n’hésitez pas à jouer après la fin, à vous de découvrir le « Secret de Luna » .

La platine pour les chasseurs de trophée n’est pas très compliquée, car aucun n’est manquable. Une seule partie suffit à collecter vos récompenses.

 

 

Vous l’aurez compris, les aventures d’Ash sont parfaites pour se détendre sur un petit jeu poétique entre deux gros triple A.

Vous avez d’ailleurs le choix entre le jeu complet pour 30 euros, ou bien la version deluxe qui comprend pour quarante euros :

Le jeu complet à télécharger sur le PlayStation Store.

  • L’extension du pack de motifs d’étang.
  • La bande originale numérique de Concrete Genie.
  • Le carnet d’art numérique de Concrete Genie.
  • Le thème dynamique Phare de Concrete Genie.

 

À vos pinceaux et bon jeu à tous !

Harley_JB2