Test : Dragon Quest XI Les Combattants de la destinée (PS4)

Test : Dragon Quest XI Les Combattants de la destinée (PS4)

17 septembre 2018 5 Par Papiche

Sortie il y a tous juste 1 an au Japon, Dragon Quest XI ce décide à montrer le bout de son nez sur nos consoles de salon européen. Ce grand nom du J-RPG débarque avec pour objectif de recréer le même enthousiasme que son prédécesseur Dragon Quest VIII, sortie à l’époque sur Playstation 2. Les Combattants de la destinée succéderont-ils avec honneur face à l’Odyssée du roi maudit ? Résultat dans notre test.

 

Un scénario prenant, une mise en scène archaïque.

 

Tout comme ces prédécesseurs, Dragon Quest XI nous propose une histoire plutôt simple dans son ensemble. Notre récit commence par la naissance d’un enfant portant une marque sur la main, attisant les craintes de plusieurs rois qui discute a son sujet. Un assaut de monstre s’en suit et vous vous retrouvez abandonné dans un couffin accompagné d’une lettre, laissant l’eau vous sauver des griffes des assaillants. Le lendemain, la tempête et l’attaque n’étant qu’un lointain souvenir, un vieil homme vous trouve, vous prend dans ses bras,et décide de vous ramener dans son village.

Le jeu débute à cet instant lors de votre 16e anniversaire, l’âge auquel vous n’êtes plus considéré comme un enfant, mais bel et bien comme un adulte. Après quelques événements, notre héros fait face à une révélation, il est décrit comme « l’Eclairé », une sorte de messie ayant un rôle particulier dans ce monde, c’est a ce moment précis que votre aventure commence réellement.

Pour ne pas en dire plus sur la suite des événements, votre périple vous fera découvrir beaucoup de secrets et rebondissements, ainsi qu’une multitude de personnages hauts en couleur et des décors somptueux. Avoir une histoire captivante est certes un bon point, mais là où le bât blesse, c’est du point de vue des animations et de son rythme lors des cinématiques. On pourra quelquefois admirer des expressions de visages quasi inexistantes de la part de notre personnage, qui soit dit en passant fait partie des vieux héros de jeux vidéo qui ont l’aptitude d’être totalement muet. Le jeu fait face aussi à de bons temps de chargements, qui bien qu’ils soient courts, ont tendance à casser un peu l’action des scènes.

 

 

Le charme de la direction artistique, le J-RPG old school.

 

La qualité des graphismes d’un RPG n’a parfois pas d’importance si le scénario et le gameplay tiennent la route. En ce qui concerne ce Dragon Quest XI, le titre est ici doté d’une direction artistique de grande qualité, vous proposant des environnements dépaysant à souhait. À chaque nouvelle ville découverte, vous vous retrouvez subjugué par des lieux somptueux, remplis de couleurs et de vie. Ce point est d’ailleurs étonnant, car comme précisé précédemment, le jeu est sorti il y a de cela plus d’un an au Japon, en France Ni No Kuni 2 ayant marqué les joueurs a ce sujet, le pari était osé.

Être totalement comblé par des paysages est certes positif, mais cet épisode ne corrige pas les erreurs du passé. Oui, Dragon Quest XI reste bel est bien bloqué dans ses mécaniques de gameplay assez vieille, le système de combat ne change pas, on conserve le classique tour par tour. Même si deux modes au choix sont proposés au joueur avec une caméra fixe ou bien libre (un pseudo-style Tales of). Du côté des menus, le constat est semblable avec des fenêtres toujours aussi basiques, un inventaire qui n’évolue pas et qui nous laisse sans cesse dans la frustration. Cependant, il faut bien le signaler, ce choix est clairement voulu par l’éditeur qui souhaite ne pas casser le mythe de la saga et de ce fait, se mettre à dos les nombreux fans de cette licence culte.

 

 

Des musiques inoubliables, mais recyclées.

 

La saga des Dragon Quest possède un thème reconnaissable pour tous les fans de la première heure, il suffit d’entendre les premières notes pour avoir des frissons et tout de suite se mettre dans l’ambiance. Toutefois, un autre problème est présent dans cet épisode, reconnaître des mélodies est une chose, mais réimplanter des morceaux déjà utilisés dans les anciens jeux cela reste tout de même assez gênant. Certain fan crieront scandale après avoir lu cette phrase, mais force est de constaté que malgré leurs qualités, elles ont fait leurs temps, et un peu de nouveautés sur ce critère ne serait pas déplaisant. Vous en arriverez au point ou vous apprécierez le fait de pouvoir baisser le volume de celles-ci ou bien tous simplement les supprimer. Pour faire clair, l’ambiance sonore a du mal a fonctionné avec cet épisode ayant de très bons atouts.

 

 

 

 

  • Scénario
  • Graphisme
  • Gameplay
  • Bande-son
3.5

Résumé

Pour résumé ce test, Dragon Quest XI nous propose une belle aventure tout comme le 8eme épisode l’avait fait à l’époque sur Playstation 2 (aussi disponible sur 3DS). Ayant une bonne durée de vie, de grandes qualités visuelles et certes quelques défauts, l’envie de continuer votre périple est présent à chaque partie. Croisons les doigts pour ne pas trop attendre un futur épisode sur console de salon avec des mécaniques de jeu améliorés.

Points forts :

  • Une aventure plaisante
  • Une direction artistique grandiose
  • Le système de combo lors des combats
  • Le bestiaire Dragon Quest si particulier
  • La simplicité de la forge

 

Points négatifs :

  • Les expressions faciales
  • Les menus toujours « old-school »
  • La bande-son
  • Le cheval n’ayant pas une très grande utilité