Test : Red Dead Redemption II (PS4)

Test : Red Dead Redemption II (PS4)

10 mars 2019 0 Par Papiche

Il est le jeu le plus attendu de l’année 2018. Red Dead Rédemption II voit enfin le jour après tant d’années d’attente. Il aura fallut 8 ans pour que Rockstar se décide à nous proposer le second volet de sa saga. Les fans peuvent enfin arborer les contrées du grand Ouest à dos de cheval et être dépayser par les lieux qui nous sont proposés. Préquel du premier épisode, le jeu comble t’il toutes les attentes ? Réponse dans notre test !

 

Un scénario digne de Rockstar

 

Après un Red Dead Rédemption avec son John Marston en mode traqueur de bande, Rockstar a décidé de nous raconter le prologue de cette histoire. Ici, nous sommes au commande de Arthur Morgan, membre de la bande dirigée par Dutch Van der Lind. Le groupe est décrit comme une famille soudée toujours prête à s’entraider avec des personnages haut en couleurs. A cette période, les hors-la-loi sont traqués par les autorités. C’est un tournant dans la société américaine. Les Van der Lind se retrouvant en fuite après un braquage qui a mal tourné, vont devoir subir la pression de la traque des forces de l’ordre. Avec cela, les liens entre les différents membres vont évolués jusqu’à comprendre la raison du scénario du premier épisode.

C’est clairement l’un des gros points forts de ce Red dead ; son scénario est si bien écrit qu’il est difficile de décrocher tellement nous avons envie de découvrir la suite. Nous passons plus d’une cinquantaine d’heures sur ce jeu avec plaisir de découvrir l’évolution entre les différents protagonistes, malgré que nous ne savons pas comment tout cela va finir. On pourrait facilement le comparer à un film interactif.

 

 

Graphismes et gameplay détaillés

 

Qu’on se le dise, ce Red dead est une pépite visuelle. Les détails sont omniprésents, les balades à dos de cheval sont une vrai bouffée d’air frais. Il est difficile de ne pas s’arrêter et d’observer les différents panoramas qui nous sont proposés. Possédant une météo variable, les orages par exemple sont d’une beauté rare dans un jeu vidéo (la foudre et le tonnerre sont impressionnants). L’immensité de la carte est sidérante, aucun temps de chargement (sauf si vous utilisez le déplacement rapide évidemment) ne viendra gâcher votre cavalcade. La luminosité de certains lieux est a coupée le souffle. Par exemple, si vous rentrez dans une forêt, les rayons du soleil vont traversés les feuillages des arbres, c’est bluffant !

L’animation des personnages est très bien faite avec des visages ultra travaillés, bien modélisés. Pour en revenir au terme de détails, une bagarre dans la boue salira vos vêtements. Vos cheveux et votre barbe pousseront en temps réel. Tant de petits éléments qui n’apportent pas grand chose au final, mais qui ont le mérite d’avoir été implantés afin d’ajouter du réalisme. Bien évidemment nous sommes dans un jeu à monde ouvert, le risque zéro n’existe pas. L’ampleur des lieux est si vaste que vous pouvez parfois avoir quelques bugs même si ils sont très rares.

Côté manette en main, on retrouve les sensations d’un jeu Rockstar. Le personnage peut paraître très lourd dans les déplacements mais avec du temps, on s’y habitue. Le combat à mains nues est très simple et agréable. Du côté des armes, on reste dans des mécaniques classiques. Libre à vous d’opter pour différentes caméras, lointaine, proche ou FPS. On regrettera par contre lors des phases en intérieur, une difficulté dans le fait de se diriger sans heurter un mur ou une table par exemple.

 

 

Un rythme haché et une ambiance incroyable

 

C’est l’un des points négatifs à mes yeux. Outre son histoire prenante qui nous est contée, c’est son rythme qui n’est pas son point fort. Après un très long prologue, il faut attendre bien des quêtes pour être pleinement dans le jeu. Des missions principales qui sont très bien scénarisées et d’autres qui ne servent à rien voir juste provoquer de l’ennui.

La présence de missions annexes est agréable, malgré le risque d’être parfois très inutiles ne servant qu’a gonfler la durée de vie du jeu. Ici, elles sont assez bien écrites et on prend plaisir à les faire. Elles permettent souvent de découvrir des personnages au caractère assez extravagant, ce qui ajoute parfois une touche d’humour à cet univers.

Pour son ambiance, Red Dead Redemption 2 est une pépite musicale. Proposant une OST de qualité, les musiques se marient parfaitement au son du jeu et au contexte. Le soin apporté aux détails sonores est un gros plus ajoutant de la qualité au titre.

 

 

Où se le procurer :

Red Dead Redemption 2 ici

Red Dead Redemption 2 édition ultime ici

 

Papiche

 

 

 

 

 

 

 

  • Scénario
  • Graphisme
  • Gameplay
  • Bande-son
4.5

Résumé

Véritable Blockbuster de l’année 2018, Red Dead Redemption 2 s’inscrit comme un très grand jeu de cette génération. Claque graphique, ambiance au top, scénario écrit a la perfection, il est difficile de trouver des défauts dans sa conception. Avec un rythme en dents de scie et quelques bugs (très rare), il n’est pas aisé d’être objectif. Le paris est réussi pour Rockstar qui inscrit sa licence dans le panthéon du jeu vidéo. Pour résumé un titre a faire une fois dans sa vie de joueur.

Points forts :

  • Scénario grandiose
  • Ambiance au top
  • Gameplay maitrisé
  • Monde ouvert immense
  • Soin des détails
  • Durée de vie (entre 50 et 70h)

 

Points négatifs : 

  • Rythme et quêtes inégales
  • Peu de bug mais présent
  • Gameplay parfois brouillon en intérieur